mardi 27 novembre 2012

L'expérience, le nouvel enjeu dans la bataille des terminaux mobiles ?

Latest hack

Il était une fois le monde merveilleux des téléphones mobiles, qui naquit pour répondre à une demande des plus audacieuses : téléphoner de n'importe où, n'importe quand, sans aucun fil à la patte.
Les années 2000 furent la génèse de cette évolution, drainant des mini-révolutions à foison. Tour à tour on a pu téléphoner, envoyer des messages, écouter de la musique, aller sur internet, prendre des photos, des vidéos... tout ça en quelques années.

Alors, il a fallu adapter :
  • les réseaux pour transporter de plus en plus de données complexes et multiformes, d'un mobile vers un autre, d'un mobile vers plusieurs autres
  • les téléphones, devenus des véritables couteaux suisses tenant dans la main et discrets dans la poche : plus de composants miniaturisés, autonomie des batteries, puissance des processeurs
Windows Mobile on Nokia N97 mini
Mobile Nokia N97

Et maintenant que la partie technique est "à jour", et son offre calée sur la demande en services multimédia, la compétition entre les différents constructeurs semble se focaliser sur les spécifications techniques. Chacun va de ses comparatifs et tests à gogo. Certains se risquent à des classements du meilleur des meilleurs basé en grande partie sur ces critères. Une bien belle erreur !

S'il fallait résumer ce que l'utilisateur d'un téléphone mobile recherche, cela semble se concentrer sur quelques points essentiels :
  • Est-ce que mon téléphone fait ce que je veux faire ? (et plus si affinités...)
  • Combien je dois payer pour l'avoir ? (et on retrouvera là les questions de prix nu, de prix "cassé" avec les subventions opérateurs, etc)
  • Quelle est l'expérience que mon téléphone propose ? 
Oui, l'expérience ! Un des éléments de différentiation les plus immédiatement discriminants et sur lequel seul le constructeur est maître à bord.
Pour la preuve, rendez-vous dans n'importe quel magasin qui vend des téléphones. Amusez-vous à manipuler le téléphone, au niveau matériel et logiciel. Il n'y aura pas d'expérience identique entre 2 marques différentes.

L'expérience se concrétise d'abord par ce qu'on voit : le design, la forme, l'interface, tant au niveau matériel que logiciel. On s'intéresse au toucher, au poids, à la couleur, à la finition du téléphone, un peu comme une voiture.
Et comme on a envie de voir ce qu'il y a sur le tableau de bord, c'est là qu'on s'intéresse à l'interface visuelle, aux interactions proposées, à la navigation, aux couleurs là encore.
Et alors, si on veut voir ce qu'il y a sous le capot, on ouvre. Mais si de prime abord, la voiture n'est pas sexy, nul doute qu'on passera son chemin.

A gauche, Steve Jobs et l'iPad avec le système d'exploitation iOS
A droite, Steve Ballmer, la tablette Surface et Windows 8


Venons-en au cas Apple et Microsoft qui ont bien occupé les actualités high-tech ces dernières semaines. 2 cas bien intéressants quant au sujet du design.

Apple a sorti ces derniers temps l'iPhone 5 (en réalité la 6ème version d'iPhone), et livré en même temps le système d'exploitation iOS 6. 2 désenchantements successifs :
  • au niveau matériel : toujours la même forme, un peu plus fine et un poil plus légère, un nouvel adaptateur, et c'est tout. Couleur noire ou blanche, faites votre choix.
  • au niveau logiciel : encore et toujours la même interface, des services mis à jour mais pas de nouveaux services, et un défi raté, l'application maison Plans qui remplace Google Maps 
Apple qui, en 2007, avait réussi un tour de force d'imposer un standard d'interface logicielle et de design de téléphone, s'est contenté là de s'asseoir sur ses acquis pour se consacrer peut-être à d'autres sujets plus chauds (Apple TV ?). Quoi qu'il en soit, après la bronca générale sur le fiasco Maps, et malgré des ventes d'iPhone 5 plus qu'honorables, le grand patron du design logiciel iOS qui équipait l'iPhone, l'iPod, l'iPad met les voiles... et cède la place au grand patron du design matériel.

Cela dit, n'oublions pas que l'expérience d'Apple ne s'arrête pas à ses appareils mobiles, mais est à considérer sur l'ensemble de son écosystème matériel conséquent et unifié (mobile, tablette, ordinateur... et bientôt TV !). A ce sujet, le deal est respecté, iTunes seul logiciel maître du multimédia, il reste encore à faire converger les applis dans iTunes, et trouver une solution pour un système d'exploitation unique et compatible avec tout l'univers Apple.

Et maintenant, passons à Microsoft.
Depuis quelques années, ils tentent une résurrection par le biais de l'expérience. L'idée d'un écosystème unifié était déjà là, avec la fourniture de systèmes d'exploitations interconnectables entre le mobile, la tablette, l'ordinateur. Mais le design, lui, était loin d'être sexy, hérité des pionnières interfaces de Windows 95 (sorti en... 1995). Simplicité, beauté, fluidité manquaient cruellement à l'expérience.

mobiles HTC sous Windows Mobile 5

Puis, vint la Xbox qui a remis en cause tout cet héritage créatif. Et puis Windows Phone, qui en a remis une couche sur l'adoption des "Tiles", ces tuiles interactives qui constituent l'essentiel de l'interface proposée par Microsoft. Simple et propre, elle fait ce qu'on lui demande, et même un peu plus.
Microsoft a tenté le pari du système d'exploitation et du design unifié sur tous les supports où il peut déployer l'homogénéité d'une expérience. Elle est soutenue par l'interconnexion instantanée et facilitée de tous vos appareils tournant avec Windows, que ce soit sur mobile, tablette, PC, Xbox.
Enfin, il y a là une belle proposition pour les éditeurs de logiciels : développez une fois, déployez partout, à grande échelle. Une offre de distribution inédite, et prometteuse !


Microsoft a revu son design logiciel, et pour le matériel ? Il n'y a qu'à voir les Xbox 360 (et ses nombreux accessoires), la tablette Surface, les mobiles estampillés Windows 8 (lancés chez HTC et Nokia) pour y voir un soin particulier. Des couleurs, beaucoup de couleurs pour sortir d'un modèle noir ou blanc, imposé et daté.

HTC Windows 8X 

Quand je vois les parcours d'Apple et Microsoft, pendant ces 5 dernières années , ils se croisent là où l'expérience a changé. Le curseur a même changé d'emplacement, pour s'intéresser non seulement à ce qu'on voit, ce qu'on touche, mais aussi à ce qu'on vit. Et là, au delà de la facilitation d'accès à nos univers numériques, il y a vraiment tout à inventer.

(Retrouvez-moi sur Twitter : @mobiwizz)

Enregistrer un commentaire