mardi 26 mars 2013

Vers une France à 4 opérateurs

En 2000, le monde de l'Internet français a vu un grand nombre d'acteurs proposer des abonnements ADSL (du 512 kbps). On se souviendra de grands noms comme Neuf et Club-Internet notamment. Et depuis peu, nous allons nous retrouver à 4 grands acteurs : Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free.

Dans le monde de la mobilité, nous avons des MVNO (NRJ Mobile, Virgin Mobile, la Poste Mobile, M6 Mobile...). Beaucoup d'acteurs mais ce petit monde va se concentrer. Il est certain qu'économiquement parlant les MVNO n'ont plus de raison d'exister.
Ces derniers vivent à tort ou à raison sur le même modèle que les opérateurs historiques (SFR, BT et Orange) à savoir la vente d'un forfait + mobile subventionné. Or selon moi, leur existence n'est viable que s'ils arrivent à se différencier. Limite à être hybride : mi-forfait, sans engagement, sans mobile subventionné.

Par ailleurs, l'autorité de la concurrence a réaffirmé son opposition à une fusion Free-SFR et préfère voir un marché à 4 opérateurs. Cette même autorité ayant sanctionné lourdement les 3 historiques pour collusion et a soutenu les MVNO et la 4è licence pour une animation du marché.

Le paradoxe est que nos politiques méconnaissent le monde de la téléphonie et ne sont obnubilés que par le marché du travail (sic). L'arrivée de Free Mobile a changé la donne tant au niveau des forfaits que sur la vente des terminaux. Fini la vente liée (forfait + mobile). Fini le temps où l'on payait cher un forfait pour peu de temps de communication et de trafic data.

Les opérateurs doivent revoir leur modèle, du moins ce qu'il y a dans leurs forfaits. Mieux dégager ce qui est du forfait pur, de ce qui découle des services afin de distinguer in fine quelle valeur a chaque service. Pourquoi un forfait à 70€ avec de la TV, de la musique, du multi sim... alors que l'utilisateur lambda ne va pas en avoir l'usage, le tout sans engagement ?!

Je comprends qu'il faut favoriser les usages multimédias, et j'y ai participé indirectement en testant en amont pas mal d'applications qui sont aujourd'hui dans certains mobiles, mais de là à les faire rentrer de force dans un forfait...

Aussi, les opérateurs doivent choisir :
- faire uniquement leur métier d'opérateur mobile ;
- faire des forfaits dégageant clairement chaque service ;
- faire des forfaits de base en permettant des options à la carte.

Le mécanisme des subventions n'est qu'un moyen rapide d'acquérir un nouveau mobile, mais au fond, si vous mettez 1€ par jour de côté, au bout d'un an vous pourrez acquérir un mobile de milieu de gamme de bonne facture sans pour autant vous sentir lié.

Aussi, l'animation de la concurrence voulue aura pour effet à terme, comme pour l'ADSL, une concentration à 4 opérateurs, avec leur boutique et leur services. Les boutiques comme Phone House ou Phone and Phone devront soit disparaître soit vendre des mobiles nus avec moins de marge.

Enregistrer un commentaire