mardi 29 juillet 2008

QIK ou Flixwagon, chez SFR c'est non !

Je suis heureux car j'ai été le premier à lancer la news et Techcrunch a amplifié le mouvement.

Résultat une réponse langue de bois de l'opérateur rouge. En lisant ce second article, on constate d'une part que SFR joue le temps et sort comme argument fallacieux qu'une offre se prépare pour offrir un meilleur surf à ses abonnés. Personnellement, j'appelle cela du pipot ! d'autant qu'un service similaire se prépare.
Ensuite il n'y a pas que QIK de toucher mais aussi Flixwagon. Super... les 2 poids lourds sur la technologie de l'upstreaming se font couper l'herbe sous le pied alors qu'ils ne demandent aucune rémunération. Ce serait donc tout bénéfice pour SFR ?

Pour être très honnête, il y a de quoi attaquer juridiquement l'offre Illymithic dans son fondement et notamment la publicité qui fait croire au potentiel client que l'Internet est illimité. Il l'est dans un espace clos, de quoi vous rendre fou non ? ;) Par ailleurs, pour celles et ceux pour qui l'application fonctionnait auparavant, puis a cessé de fonctionner, cela correspond à une rupture unilatérale du contrat. La solution qui s'impose dans ce cas va de soi : résiliation de plein droit et sans indemnités du contrat. Orange avait déjà connu un tel déboire avec son offre surf à 6 euros sur Orange World.

Il vous reste donc une solution simple : aller à la concurrence sur ce simple motif, à condition bien sur que QIK ou Flixwagon aient fonctionné avant cette coupure volontaire.

Je parlais de déportalisation des sites et des applications. C'est un exemple pattant.

Source : Techcrunch

Enregistrer un commentaire